Nouvelle Porsche Taycan GTS, le plaisir du zéro émission

Nouvelle Porsche Taycan GTS, le plaisir du zéro émission

Dans la gamme, il se classe juste en dessous du Turbo. Avec une très forte personnalité et beaucoup de plaisir.  S’il est un constructeur automobile qui est sûr de ses moyens (dans tous les sens du terme), c’est bien Porsche. Lorsqu’elle organise un essai routier, elle n’épargne jamais au nouveau modèle du jour des « exercices » difficiles. Une tradition qui se poursuit encore aujourd’hui, même avec la Taycan électrique. Une voiture de 4,96 mètres de long, 1,96 mètre de large et pesant 2 295 kg. Et où les hommes de Zuffenhausen organisent-ils le test ? Sur le circuit de Llucmajor à Palma de Majorque. Un circuit qui n’est guère plus qu’une piste de karting, en raison du nombre élevé de virages serrés et de virages en épingle à cheveux qu’il présente. C’est un terrain d’essai difficile pour une grosse et lourde voiture.

Une agilité insoupçonnée

Inutile de dire qu’ils avaient raison, les Allemands. En mode Sport Plus et avec le contrôle de stabilité réglé sur un seuil d’intervention plus élevé, la Taycan GTS (qui bénéficie d’une configuration spécifique) est engageante et divertissante. Le mérite réside principalement dans l’équilibre du châssis. Vous pouvez « jouer » avec les transferts de charge pour corriger la trajectoire, par exemple. Vous pouvez anticiper l’ouverture de l’accélérateur, dans les virages lents, pour accélérer la fermeture de la trajectoire et sortir avec des roues droites, très vite vers le prochain virage.

Vous pouvez également conduire de manière délibérément abrupte, en «  provoquant  » la Taycan. Et la réaction s’appelle survirage, même de façon marquée, mais toujours relativement facile à contrôler. Relativement car, surtout sur les routes mouillées, l’énorme quantité de couple disponible nécessite immédiatement une intervention rapide.

Toujours en train de pousser

Ce qui est moins surprenant, dans le sens où c’est commun à toutes les voitures électriques (sportives mais pas seulement), c’est la poussée au moindre mouvement de l’accélérateur. Le couple maximal est de 850 Nm, tandis que la puissance est de 517 ch, et peut atteindre 598 ch en suralimentation.

Détails noirs, intérieur chaleureux

Esthétiquement, la GTS se distingue des autres Taycans par le grand nombre de détails extérieurs noirs ou sombres : le pare-chocs, les bases des rétroviseurs extérieurs et les moulures des vitres latérales. En outre, le diffuseur arrière à lamelles a la même géométrie que celui qui équipe la Taycan Turbo. À l’intérieur, le tissu Race-Tex est la marque de fabrique de la GTS, que l’on retrouve sur la jante du volant, une grande partie du tableau de bord et les panneaux de porte. Les sièges sport avant Adaptive Plus, qui sont réglables électriquement sur 18 positions, sont également de série. Le pack intérieur GTS en option comprend un volant spécifique, des éléments latéraux décoratifs sur la console centrale et des surfaces décoratives pour les portes en carbone mat.

Du plaisir pour des privilégiers

Le prix ? Voici celui de l’Allemagne : 131 834 euros. Quant à la recharge, la puissance maximale (en courant continu) est de 270 kW, ce qui ne prend que 22 minutes et demie pour passer de 5 à 80 % de la capacité de la batterie de 93,4 kWh. Si le courant alternatif est utilisé à la place, il faut 9 heures, à 11 kW, pour passer de zéro à 100%. Un « plein », à partir de zéro, sur la prise domestique ? Il faut plus de 45 heures. 504 km est l’autonomie déclarée selon le cycle WLTP. Elle arrive chez les concessionnaires au printemps 2022.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.